Immunologie (généralités)

Pour pouvoir aborder correctement la notion de rejet de greffe, il est important de connaitre quelques notions d’immunologie fondamentale.

Notre système immunitaire a pour mission de nous protéger des éléments étrangers, par conséquent de distinguer le « soi » du « non-soi ». Pour ce faire un grand nombre de moyens sont mis en jeu pour détecter et éliminer les agents étrangers à l’organisme. Le système immunitaire se compose entre autres :

D’organes lymphoïdes assurant la production et la maturation des cellules de l’immunité

De molécules : les anticorps qui sont des glycoprotéines produites par les lymphocytes B à forte spécificité qui se lient aux antigènes. Un antigène est une molécule, fragment ou groupe de molécules étranger capable d’induire une réponse immunitaire. Ainsi, des éléments du greffon seront considérés comme des antigènes par le système immunitaire du receveur.

De cellules:

  •  les leucocytes (globules blancs)
  •  les macrophages
  •  les cellules dendritiques
  •  les lymphocytes qui peuvent être:

–     des lymphocytes T (LT) Parmi ceux-ci se distinguent les lymphocytes T auxiliaires, les lymphocytes TCD4 et les lymphocytes TCD8.

–   des lymphocytes B

Chaque type de lymphocyte a un mode d’action spécifique que nous aborderons ultérieurement.

Dans un premier temps, les leucocytes, macrophages et surtout les cellules dendritiques du receveur phagocytent, c’est-à-dire englobent et digèrent un élément étranger de manière non spécifique. Les fragments peptidiques issus de cette digestion vont se lier au Complexe Majeur d’Histocompatibilité (CMH) contenu dans la cellule dendritique. Celle-ci va alors se comporter comme une cellule présentatrice d’antigène (CPA). Le CMH est une molécule qui le lie aux antigènes peptidiques et qui permet leur reconnaissance par les lymphocytes T. Nous verrons plus tard et de façon plus précise le rôle du CMH ainsi que le mode de présentation des antigènes (cf. Alloreconnaissance). La cellule libère en parallèles des signaux chimiques, ce sont les cytokines à l’origine d’une amplification de la réponse immunitaire.

On qualifie cette première barrière de défense d’immunité innée, réaction rapide et non spécifique à un antigène donné. 

Elle ne concerne que les cas où l’organisme est attaqué par un agent pathogène et constitue une première réponse du système immunitaire. Dans le cas des greffes, la reconnaissance se fait de manière spécifique et d’autre cellules interviennent: ce sont les lymphocytes. 

 

Chacun d’entre eux va passer par trois phases:

  • Une phase de sélection clonale: il faut savoir que les lymphocytes sont présents dans notre système immunitaire en plusieurs exemplaires ou clones. Ces clones sont composés de récepteurs TCR pour les lymphocytes T et d’anticorps pour les lymphocytes B. Seulement, ce ne sont pas les mêmes récepteurs ou anticorps qui se présentent à la surface de leur membrane pour recevoir l’antigène. En effet, seul un récepteur sera capable de reconnaître l’antigène du greffon. C’est dans ce contexte qu’un seul clone de lymphocyte sera sélectionné pour reconnaître spécifiquement l’antigène présenté par la CPA.
  • Une phase d’amplification : le clone sélectionné se multiplie : il y a amplification cellulaire. Après amplification, notre système immunitaire garde un exemplaire de chaque type de lymphocyte : ce sont les lymphocytes mémoires qui permettront d’avoir une réaction immunitaire plus rapide si l’organisme receveur vient à être en contact une seconde fois avec le même élément étranger.
  • Une phase de différenciation: chaque lymphocyte se transforme en une autre cellule immunitaire.

 

 

La différenciation cellulaire

Les clones de LTCD4 sont les premiers à se différencier et ont une activité centrale dans la réponse immunitaire. Le LTCD4 est sélectionné par rapport au récepteur TCR spécifique à l’antigène qu’il va présenter sur sa membrane. Il va se transformer en LT auxiliaire sécréteur de cytokine (notamment l’interleukine 2  IL-2) nécessaire à l’activation des lymphocytes B et lymphocytes TCD8.

Vous l’avez compris, les cytokines sécrétées par les LT auxiliaires activent les clones de LB et LTCD8 :

  • Le lymphocyte B est sélectionné par rapport à l’anticorps anti-antigène spécifique qu’il va présenter sur sa membrane. Une fois activé par les cytokines, il se différencie en une plus grosse cellule : le Plasmocyte spécialisé dans la sécrétion d’anticorps spécifique à l’antigène peptidique contre lequel le LB a été sélectionné.

Ainsi, des complexes immuns sont formés entre

  • CPA et LTc
  • CPA et anticorps

Ils sont reconnus et phagocytés par les cellules immunitaires du receveur. Les cellules du greffon sont alors neutralisées.

 

                                           Schéma récapitulatif de l’intervention des lymphocytes dans l’immunité   :                                      

96233_F39_doc_fmtsource : http://www.annabac.com/content/l%E2%80%99immunite-adaptative-prolongement-de-l%E2%80%99immunite-innee-2

Une réflexion sur “Immunologie (généralités)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s